Environnement | Réglementation

Poids lourds et CO2 : l'UE frappe fort !

28/02/2019 13:41:17
ECI - Mise à jour : le 28/02/2019 13:41:17 - Par
Environnement
Réglementation

Le mardi 19 février 2019, l'Union Européenne a annoncé qu'un accord a été trouvé entre le Conseil, la Commission et le Parlement. Il vise à réduire, dans les prochaines années, le niveau des émissions de CO2 générées par les poids lourds.

Poids lourds et CO2 : l'UE frappe fort !

Réduire de 30 % les émissions de CO2 pour 2030

Consciente de l'impact du CO2 sur notre environnement, l'Union Européenne se penche depuis plusieurs années sur ce sujet. Après avoir fixé des objectifs pour les véhicules légers, elle s'attaque désormais aux poids lourds, responsables d'un quart des émissions totale du transport routier. Pour ces derniers, l'accord prévoit une réduction de 15% (par rapport à 2019) à horizon 2025, avant un objectif à 30 % cinq années plus tard. Pour l'après 2030 et respecter ainsi l'accord de Paris sur le climat adopté en 2015, d'autres annonces interviendront en 2022. Des dispositions ont également été prises pour inciter les constructeurs à proposer des alternatives fiables en remplacement du diesel.

Cet accord n'est toutefois pas encore applicable. En effet, il doit auparavant être validé par la prochaine session plénière du Parlement Européen ainsi que par les 28 membres de l'Union Européenne.

Des professionnels inquiets

Face à cette annonce, plusieurs entités se sont déjà exprimées et ont fait part de leurs inquiétudes. C'est par exemple le cas des industriels du secteur des poids lourds qui pointent du doigt le manque d'infrastructures permettant le ravitaillement des véhicules propres (électrique, hydrogène ou gaz naturel).

L'ACEA (Association européenne des constructeurs automobiles) a également repris ce point pour souligner la difficulté d'atteindre ces objectifs qu'elle qualifie de très ambitieux. L'association compte mettre la pression sur les États-membres pour favoriser le développement de cette infrastructure indispensable. De plus, elle souligne le manque de vision, à ce jour, sur la méthode de calcul des réductions futures basée sur les données récoltées en 2019.

 

Les dossiers

Commentaires