Réglementation

Sécurité routière : les changements de mai 2020

ECI - le 28/05/2020 11:30 - Par
Réglementation

En janvier 2018, le comité interministériel traitant de la sécurité routière avait émis plusieurs propositions concernant l'alcool au volant, les stationnements et l'usage du téléphone. Elles ont été retenues par le gouvernement et sont entrées en application le 22 mai 2020.

Sécurité routière : les changements de mai 2020

Ethylotests, stationnement... ce qui a changé

La politique concernant les éthylotests évolue. Le décret définit maintenant des sanctions contre les propriétaires de débit de boisson ne les proposant pas à leurs clients. Il annule également les dispositions prévoyant la présence d'un alcootest dans tous les véhicules. De plus, la durée d'utilisation d'un système antidémarrage, imposée dans le cadre d'une suspension du titre de conduite, est portée de six à douze mois.

Le texte modifie aussi les conditions de stationnement appliquées à tous les véhicules motorisés. Cela concerne plus précisément les arrêts dans une zone de cinq mètres devant un passage protégé. Ils sont indirectement responsables d'accidents en masquant la visibilité des piétons. De tels stationnements sont désormais interdits, à l'exception de ceux effectués sur les emplacements délimités. D'ici cinq ans, ces derniers deviendront uniquement réservés aux trottinettes et vélos.

Durcissement de la lutte contre le téléphone au volant

L'utilisation du téléphone lors de la conduite devient une circonstance aggravante si elle se trouve associée à certaines autres infractions. Dans de telles circonstances, le contrevenant s'expose à une rétention administrative de son permis voire à sa suspension pour un an. Ces sanctions potentielles visent à inciter les conducteurs à modifier leurs comportements. Pour mémoire, en 2018, 400.000 procès-verbaux concernant le téléphone au volant avaient été dressés. Parmi les infractions concernées, on retrouve sans surprise les principaux défauts de maîtrise du véhicule, souvent liés à un déficit d'attention. Il s'agit par exemple de la conduite en zigzag, de l'absence de distance de sécurité, du franchissement de lignes ou encore de la mise en danger d'un piéton.

 

Les dossiers

Commentaires