Divers Transport

L'apnée du sommeil chez les chauffeurs routiers

28/05/2020 14:58:54
ECI - Mise à jour : le 28/05/2020 14:58 - Par
Divers Transport

L’Apnée Obstructive du Sommeil (AOS) est une maladie qui toucherait un peu moins de 20% de la population. Elle se manifeste pendant la nuit par des pauses respiratoires, voire la journée par une somnolence excessive. Ce trouble du sommeil peut avoir des conséquences sur l’activité des chauffeurs routiers...

L'apnée du sommeil chez les chauffeurs routiers

Pourquoi il ne faut pas ignorer l’apnée du sommeil

L’AOS n’est pas une maladie anodine pour un chauffeur de poids lourds. En effet, elle provoque parfois une somnolence importante de jour, ce qui peut devenir dangereux pour un conducteur. De fait, il est très important pour un chauffeur de camion de signaler ce problème et de consulter un médecin pour réaliser une évaluation approfondie. Selon une étude italienne menée sur 905 conducteurs de poids lourds, 60% des personnes souffrant d’AOS ne se soignent pas. Avant cette enquête, une part non négligeable d’entre elles ignorait même être atteinte d’apnée obstructive du sommeil.

Comment se manifeste l’apnée du sommeil ?

Un arrêté du 18 décembre 2015 liste l’ensemble des pathologies qui sont contre-indiquées avec la conduite (donc avec l’obtention ou le maintien du précieux permis de conduire). L’apnée du sommeil en fait partie. Compte-tenu des risques d’endormissement au volant, les chauffeurs routiers doivent normalement passer un test d’endormissement pour détecter un trouble du sommeil. L’AOS peut aussi causer des maux de tête, des états dépressifs, voire des maladies cardiovasculaires. Il est donc recommandé d’évaluer et traiter l’apnée du sommeil.

Que faire si le diagnostic est confirmé ?

Pour des questions de sécurité, il est bien sûr vivement conseillé de ne pas prendre le volant tant qu’aucun traitement n’a été mis en place. A savoir que si le chauffeur routier souffre d’AOS (même sous forme modérée), un médecin doit être consulté avant délivrance ou renouvellement du permis. Les chiffres sont parlants : un conducteur de poids lourds sujet à l’apnée obstructive du sommeil a douze fois plus de risques d’être victime d’un accident de la route. Mieux vaut donc patienter un peu avant de reprendre son activité.

Comment réduire l’apnée du sommeil ?

Les chauffeurs routiers sont davantage susceptibles de souffrir d’AOS que le reste de la population. Ceci s’explique notamment par un cumul de facteurs de risque, en lien étroit avec le mode de vie des conducteurs de camions (position assise maintenue pendant de longues heures, peu d’activité physique, repas trop rapides,…). Il existe heureusement des mesures pour traiter l’apnée obstructive du sommeil. La perte de poids, l’arrêt de la cigarette ou encore une activité physique régulière peuvent permettre d’améliorer l’état du chauffeur qui souffre d’AOS. L'utilisation d'une orthèse d'avancée mandibulaire peut également servir à dégager les voies respiratoires la nuit. Si nécessaire, un traitement par Pression Positive Continue (PCC) dans les voies respiratoires peut être prescrit par un médecin. Il s’agit de porter un masque qui insuffle de l’oxygène à une certaine pression dans les poumons.

La reprise de la conduite ne peut être envisagée qu’un mois minimum après l’évaluation de l’efficacité du traitement, avec une aptitude accordée pour 6 mois dans un premier temps. A noter qu’un avis spécifique auprès d’un neurologue agréé par la préfecture peut aussi être demandé pour autoriser une conduite de nuit.

En moyenne, 30% des accidents mortels en France sont dus à la somnolence (étude IFOP). Bien évaluer son état avant de prendre le volant reste donc essentiel pour la sécurité de tous. Si vous avez un doute sur la qualité de votre sommeil, n’hésitez pas à consulter un médecin et à passer un test spécifique.

 

Les dossiers

Commentaires