Divers Transport | Environnement

Projet Olympic Energy : du GNV en Île-de-France

ECI - le 29/11/2018 14:10:51 - Par
Divers Transport
Environnement

La Commission Européenne a décidé d'accorder une subvention pour soutenir l'ambitieux projet Olympic Energy : 5,7 millions d'euros vont être versés aux sociétés Sigeif Mobilités, Fraiklin et TAB Rail Road. L'objectif ? Permettre et encourager l'utilisation de véhicules au GNV en Île-de-France d'ici les Jeux OIympiques.

Projet Olympic Energy : du GNV en Île-de-France

Qu'est-ce que le projet Olympic Energy ?

Olympic Energy vise la construction en Île-de-France à horizon 2022 (donc avant les prochains Jeux Olympiques de Paris) de huit stations d'avitaillement en Gaz Naturel pour Véhicule (GNV) et Bio-GNV ainsi que le financement de l'achat de plus de trois cents camions utilisant ces carburants. Il correspond ainsi à la volonté européenne de mettre en place des solutions de transports écologiques et performantes en métropole.

Pour la réussite du projet, la société d’économie mixte locale spécialisée dans le développement de stations GNV à Paris, Sigeif Mobilités, collabore avec deux entreprises privées renommées. Il s'agit du groupe Fraikin, leader européen de gestion de flottes de véhicules industriels et commerciaux et de TAB Rail Road qui développe des solutions de transport basées sur le combiné rail-route.

Suite à la réussite du projet Olympic Energy, Paris devrait faire partie des trois plus grands centres urbains disposant d'une solution de transport propre et efficace.

Que financera cette subvention de la Commission Européenne ?

Pour avoir un réel impact, le projet doit aboutir à la capacité de distribuer de 800 à 2 500 tonnes de GNV et de bio-GNV chaque année. Pour y parvenir, des stations spécialisées vont voir le jour en Île-de-France. Le coût de ces installations est estimé à 12 millions d'euros. La subvention européenne en couvrira environ 20 % soit 2,4 millions d’euros.

Elle financera également l'acquisition des véhicules propres par Fraikin et TAB Rail Road. Le premier prévoit ainsi d'acheter plus de 300 poids lourds fonctionnant au GNV tandis que le second a estimé son besoin à 30 unités.

 

Les dossiers

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...