Interview

Interview : Renaud Johann, nouveau directeur commercial de Fretlink

19/07/2019 10:31:48
ECI - Mise à jour : le 19/07/2019 10:31:48 - Par
Interview

Le nouveau directeur commercial de Fretlink, Renaud Johann, nous présente son parcours professionnel, ainsi que ses motivations et ses objectifs. Son ambition : offrir davantage d'indépendance aux petits transporteurs.

Interview : Renaud Johann, nouveau directeur commercial de Fretlink

Quel a été votre parcours avant Fretlink ?

Je suis entré en 1988 dans le monde du transport, côté chargeur, en intégrant la partie supply chain du groupe Electrolux. Pendant 4 ans, j’ai pu me familiariser avec cet univers, avant de suivre mon directeur de l’époque dans la création d’un GIE (Groupement d’Intérêt Économique) dans le transport routier de marchandises. C’est comme ça que je suis passé « de l’autre côté » et que j’ai commencé à travailler dans le transport routier. Assez rapidement, je gérais une flotte de 400 véhicules.

En 1992, j’entre chez Norbert Dentressangle - futur poids lourd du secteur -  et démarre une aventure qui durera plus de 20 ans.

Je suis passé de responsable commercial à directeur commercial Europe d’une Business Unit, puis Directeur Régional. J’ai eu l’occasion d’y avoir des missions très variées : management d’équipes, développement de produits, ouverture d’agences, création d’une Business Unit événementielle et d’une franchise Norbert Dentressangle…

Lorsque le groupe a racheté la société de transport United Savan, j’en ai pris la direction afin de l’intégrer dans les meilleures conditions.

Je quitte le groupe Norbert Dentressangle en avril 2014. Il compte alors 45.000 personnes en Europe et s’apprête à être cédé.

J’ai par la suite évolué à des postes de direction commerciale et générale au sein de différents groupes de transport, avant de rejoindre Fretlink en juin 2019.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre cette start-up ?

En 2004, j’ai eu l’opportunité de créer un réseau de franchisés. Le modèle que j’avais imaginé pour cette entité reposait sur la même philosophie qui anime aujourd’hui Fretlink, à savoir collaborer plus étroitement avec les petits transporteurs, leur apporter des avantages business et commerciaux. Seulement, à l’époque, même si nous étions déjà dans une logique de plate-forme servicielle, nous n’avions pas accès à la data dont dispose Fretlink.

Rejoindre cette entreprise, c’est me donner la possibilité de finaliser ce que j’ai amorcé il y a 15 ans. Je suis convaincu qu’il faut faire bouger les lignes et je souhaite contribuer, à mon niveau, à le faire. L’innovation, tout le monde l’attend, mais personne n’ose se lancer. Personne, sauf Fretlink !

Il y a un côté exaltant et pionnier à croiser l’expérience, la connaissance du métier, la technologie et la data. Alors, lorsque Paul et Antoine, avec qui l’entente a été immédiate, m’ont proposé de rejoindre Fretlink, je n’ai pas hésité une seconde

Selon vous, qu'est-ce qui fait la force de Fretlink ?

La data joue un rôle central et fondamental. Contrairement à un bureau d’études traditionnel, lorsque nous disposons du plan de transport d’un industriel, même si nous ne faisons pas de business avec lui, nous le conservons précieusement. Il vient s’ajouter à ceux que nous opérons déjà.

Grâce à nos algorithmes, nous sommes alors capables de revenir vers cet industriel avec des propositions d’optimisation concrètes, grâce aux synergies trouvées avec les plans de transport contenus dans notre base de données. Personne d’autre n’est capable de faire ça aujourd’hui.

Mais obtenir une donnée de qualité, fiable et utilisable est loin d’être évident. Cela implique une rigueur à chaque étape de la collaboration, que ce soit avec les chargeurs ou avec les transporteurs, au début ou en cours d’opération. Nous devons assurer une vigilance de tous les instants. C’est la façon dont nous récupérons les données de transport qui fait la différence. Cette rigueur opérationnelle constitue le ciment de notre proposition.

Quand vous arrivez chez Fretlink, vous le comprenez instantanément. Les process sont méticuleux et maîtrisés.

Quel va être votre plus grand challenge pour l'année à venir ?

Notre plus grand challenge pour l’année à venir est de parvenir à accompagner les donneurs d’ordre dans leur transformation numérique. Changer en profondeur les usages au sein des organisations nécessite du temps et de la méthode.

Mais Fretlink arrive au bon moment. Les chargeurs ont de plus en plus de difficultés à trouver du capacitif et à tenir leurs budgets transport. Je crois que beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui prêts à aller vers un nouveau modèle.

Ils adhèrent notamment à la façon dont nous gérons notre supply : aujourd’hui, plus de 50 % des transporteurs régionaux sont dépendants d’autres transporteurs plus importants. En leur proposant un accès aux flux des grands chargeurs, Fretlink leur redonne leur indépendance.

Par ailleurs, en les aidant à pérenniser leur activité, nous garantissons le capacitif à nos clients.

Nous sommes les premiers à disposer de commerciaux en régions, dédiés exclusivement aux transporteurs. Ils sont à leur écoute au quotidien pour identifier leurs besoins et accompagner leur développement.

Alors, lorsqu’un client nous demande comment nous pouvons garantir la qualité de service d’un transporteur, lui assurer qu’il sera encore là demain, nous pouvons le faire, car nous les connaissons tous personnellement. Notre supply est maîtrisée de bout en bout !

 

 

Les dossiers

Commentaires