Sport Mécanique | Interview

Portrait : Gildas Carnet, passionné de rallye raid

02/07/2019 10:50:55
ECI - Mise à jour : le 02/07/2019 10:50:55 - Par
Sport Mécanique
Interview

Officiellement Gildas Carnet est courtier en vins. Mais ce passionné de rallye raid a une « seconde vie »… Au volant de son impressionnant MAN KAT, il vient de participer au Carta Rallye 2019 (catégorie camions) avec son équipe. Il a accepté de nous raconter son aventure.

Portrait : Gildas Carnet, passionné de rallye raid

Comment tout a commencé

« Les poids lourds ne m’intéressaient pas. Ce n’est qu’en 2009, lors du rallye raid Le Breslau (en Pologne) que ma vision des choses a changé. Je participais à ce rallye raid, qui fait partie des plus durs d’Europe, dans la catégorie 4x4. Là-bas, j’ai croisé un camion hors du commun : le MAN KAT. Cet ex de l’armée allemande à la gueule pas possible, redoutable et passe-partout, avait tout pour me plaire ! J’ai décidé d’en acheter un. »

Les préparatifs

« J’ai trouvé mon MAN KAT en France chez un spécialiste. Son dernier ordre de mission : la guerre de Sarajevo. Il promettait d’être à toute épreuve, mais il me fallait auparavant le transformer pour les besoins du rallye. Les modifications à apporter étaient importantes, et cela m’a demandé beaucoup d’investissement. Chaque année, je prévoyais un budget pour fiabiliser toujours plus le véhicule.

Il m’a aussi fallu rechercher des sponsors. Le premier d’entre eux s’est présenté de façon inattendue. En parallèle des rallyes, je suis courtier en vins et l’un de mes clients est Nicolas Lenormant, actionnaire du groupe Lenormant (concessionnaire Renault Trucks). J’ai donc eu l’occasion de discuter avec lui, je lui ai montré le KAT, et il s’est proposé de m’offrir la peinture avec la participation de PPG, et la restauration de la carrosserie. Le camion a été peint aux couleurs du groupe, qui apporte toujours son soutien. »

Un nouveau défi

« Il était temps de passer à la vitesse supérieure cette année, avec le Carta Rallye. Je me suis engagé dans cette aventure avec ma compagne et tout un équipage.

Le Carta se déroule dans le sud du Maroc, près de la frontière algérienne, qui offre un terrain de jeu fabuleux. Nous avons choisi de nous rendre sur les lieux par la route directement avec le KAT. Depuis la France , il nous a fallu 3 jours de voyage.

Ensuite, lors du rallye, le visco-coupleur du camion a lâché (il s’agit d’une sorte de fusible situé entre le moteur et l’embrayage). Ça ne nous a pas empêché de continuer, grâce à la robustesse exceptionnelle du KAT. Tous les compétiteurs n’ont pas eu cette chance, certains ont eu de la grosse casse… »

Les capacités hors normes du MAN KAT

« Le KAT est un hybride au niveau de ses composants : ponts Mercedes, boîte ZF, moteur Deutz… chaque pièce vient du meilleur constructeur en la matière, et est faite pour durer dans le temps. Cette année mon camion fête d’ailleurs ses 40 ans !

Un autre de ses points forts est qu’il n’intègre aucune fonction électronique. Ce qui veut dire qu’évidemment, aucun problème d’électronique ne risque de nous arriver.

Ce poids lourd militaire peut tout faire. Il roule aussi bien sur l’autoroute que sur toutes sortes de terrains à risques. Durant le Carta, nous étions les seuls à pouvoir passer à certains endroits. Les MAN KAT circulent jusqu’en Alaska ! »

En mission humanitaire

« En parallèle du Carta, nous avons eu l’opportunité de mener une mission humanitaire dans le désert. Nous avons transporté des cartons à destination d’une école marocaine, pour l’association Les Voyageurs du Cœur.  Ces cartons contenaient majoritairement des chaussures de sport fournies par l’association Africa Run et des vêtements de toutes sortes, dont des layettes tricotées par une association de grand-mères bretonnes, ou encore des maillots offerts par un club de football.

L’école a été choisie en fonction de plusieurs critères : il fallait qu’elle soit sur notre trajet (ou pas loin), que nous puissions être présents à la distribution, et que nous soyons aussi sûrs que possible que les dons profitent bel et bien à la population qui en a le plus besoin. »

Pour conclure...

« Après une telle expérience, on en redemande. Nous avons trouvé un nouveau visco-coupleur en Allemagne : le camion va être réparé. Nous nous préparons pour 2 rallyes raids en 2020 (de nouveau le Carta Rallye, et Le Breslau). L’aventure continue ! »

 

 

Les dossiers

Commentaires