Environnement

Un nouveau carburant à base d'eau ?

ECI - le 28/02/2019 10:50:21 - Par
Environnement

La start-up australo-israélienne Electriq~Global et la société néerlandaise Eleqtec viennent de conclure un accord de partenariat. Le spécialiste des carburants propres, Electriq~Global, et celui de la transition énergétique ont l'ambition de développer l'usage d'un carburant à base d'eau aux Pays-Bas.

Un nouveau carburant à base d'eau ?

Une alternative à l'hydrogène comprimé

Le carburant se compose d'au moins 60 % d'eau. Il s'agit d'une solution récente qui laisse entrevoir de réelles perspectives d'avenir. En effet, elle semble en mesure de concurrencer l'"offre verte" actuellement disponible (batteries et hydrogène comprimé) tant sur le plan économique que sur celui de la performance. Tout d'abord, le carburant à base d'eau offre une plus grande autonomie. Ensuite, le coût de production reste également en sa faveur. Enfin, sa densité énergétique potentielle estimée serait largement supérieure (jusqu'à 15 fois selon certaines études) à celle des autres solutions.

Le carburant à base d'eau possède également l'avantage de ne pas présenter des problèmes de stockage, de transport ni de recyclage de l'énergie. Ces questions sont essentielles pour estimer la viabilité d'une énergie propre sur le plan écologique. D'ailleurs, des installations d'usines de recyclage figurent également dans le projet de partenariat.

Les Pays-Bas, pionniers des énergies propres

Si les deux entreprises ont choisi les Pays-Bas pour mettre en œuvre leur projet, ce n'est pas un hasard. En effet, ce pays mène une politique de développement basée sur les énergies propres. Il recherche actuellement des solutions de mobilité ne dégageant aucune émission polluante.

Des contacts ont été initiés avec plusieurs entreprises néerlandaises de pointe sur ce secteur. Cela devrait déboucher dans un premier temps sur le développement de plusieurs prototypes (dont des camions, péniches et générateurs amovibles) et des démonstrations en conditions réelles dès 2020. Cette première étape est cruciale car, en cas de succès, elle va permettre de valider le choix du carburant à base d'eau.

 

 

 

Les dossiers

Commentaires