Interview

Interview de Jacques Bonifay : des véhicules de plus en plus connectés

ECI - le 16/11/2018 16:40:50 - Par
Interview

Présente au Mondial de l'Automobile 2018, la société Transatel lance Ubigi, un service consacré à l'IoT permettant notamment d'améliorer la connectivité des véhicules, un enjeu émergent chez les constructeurs. Jacques Bonifay, Président du Directoire de l'entreprise, répond à nos questions à propos de cette nouvelle solution résolument tournée vers l'avenir.

Interview de Jacques Bonifay : des véhicules de plus en plus connectés

Photo : ©Transatel

Pourriez-vous nous présenter Transatel en quelques mots, ainsi que ses axes de développement ?

Jacques Bonifay : Transatel est un facilitateur de solutions mobiles, ou « enabler » de MVNOs (Mobile Virtual Network Operators), fondé en 2000 et qui est aujourd’hui le leader européen dans ce domaine. Transatel met à disposition de ses clients, opérateurs alternatifs, une plateforme technique dite « Full » (car comportant un cœur de réseau) et tous les services associés à la gestion d’une offre mobile.

La plateforme permet aux opérateurs alternatifs de se raccorder aux réseaux cellulaires des opérateurs nationaux pour lancer leurs propres offres mobiles avec des caractéristiques particulières. Ces caractéristiques répondent aux besoins des clientèles de « niche » qui ne sont pas adressés de manière économiquement ou techniquement viable par les opérateurs nationaux classiques. Il peut s’agir, par exemple, du segment des PME qui attend des offres de convergence fixe-mobile ; ou des grands voyageurs, qui souhaitent des forfaits de données mobiles à prix quasi local partout dans le monde, ou des communautés expatriées à la recherche de forfaits adaptés à leur zone géographique de prédilection, ou de fournisseurs de contenu qui souhaitent pouvoir facturer des tiers, etc.

En 2011, Transatel propose ses premières offres en machine-to-machine, et dès 2014, s’établit en précurseur du segment cellulaire de l’Internet des Objets.

Microsoft lui fait confiance pour bâtir son projet de « PCs toujours connectés » et les deux sociétés codéveloppent le parcours client dans Windows 10, donc natif à l’OS, pour l’achat de forfaits de données prépayées. Sur la base de cette collaboration, des partenariats s’établissent avec les plus grandes marques de l’électronique grand public, en Europe, aux Etats-Unis, et au Japon : Surface, Asus, Acer et Vaio sont clients de la solution élaborée par Transatel, qui est compatible avec l’eSIM. En parallèle, des contrats sont signés avec des grands noms de l’aéronautique (Airbus, pour la collecte des données de vol des avions, en vue de la maintenance prédictive), et de l’automobile (Fiat-Chrysler Automobiles, Jaguar-Land Rover).

Les axes de développement de la société resteront les solutions innovantes pour la téléphonie mobile et l’Internet des Objets, avec l’ambition de devenir une référence mondiale du cellulaire pour l’Internet des objets.

Quelles sont les solutions d'Ubigi ?

Jacques Bonifay : Ubigi est un service de données cellulaires à destination du grand public, accessible depuis les interfaces des partenaires, que ceux-ci soient fabricants de PCs et de tablettes ou fabricants d’automobiles. Il permet à l’utilisateur du service de rester connecté au réseau cellulaire en toutes circonstances, dans plus de 130 destinations, à des prix quasi locaux. Le réseau Ubigi est également sécurisé car il bénéficie de la protection naturelle de tout réseau cellulaire, à savoir, l’encryptage des données.

Du point de vue de l’utilisateur final :

  • Dans un véhicule, il peut bénéficier du Wi-Fi à bord pour connecter jusqu’à 10 appareils. Cette connexion est obtenue par l’intermédiaire de l’antenne qui se connecte au réseau local GSM. Le service cellulaire lui donne aussi directement accès à Internet depuis la console à bord, donc à tous ses abonnements et applications propres, ainsi qu’à tous les services d’info-divertissement proposés par le constructeur, la géolocalisation etc.

  • Dans un PC ou une tablette d’une marque partenaire, Ubigi lui permet de rester connecté à Internet en mobilité, de manière sécurisée puisqu’évitant les sources incertaines de Wi-Fi public, que ce soit de manière locale ou internationale. Ubigi garantit donc la sécurité des données et l’indépendance de l’utilisateur dans ses déplacements.

Du point de vue du constructeur automobile ou d’électronique grand public :

  • Ubigi permet les SOTA (Software updates Over-the-Air), ce qui évite les coût du rapatriement des véhicules en concession en vue d’une mise à jour des systèmes du véhicule, par exemple.

  • Ubigi permet une intégration unique pour un déploiement mondial, pour profiter des tarifs des opérateurs locaux partenaires, puisque Ubigi offre un service mondial à des prix locaux. Sans Ubigi, un fabricant serait obligé de systématiquement contracter des accords pour les données mobiles avec des opérateurs locaux ou régionaux, avec les complexités de régulation de de droit de la concurrence associées. Par ailleurs, de multiples interconnexions ne garantissent pas d’offrir des services parfaitement homogènes d’une région à l’autre.

  • Ubigi permet de partager avec le fabricant une fraction des revenus générés par l’utilisation des données par les utilisateurs des appareils, normalement intégralement perçus par opérateurs mobiles.

  • Ubigi est compatible avec l’eSIM, donc offre si nécessaire la possibilité de changer d’opérateur pendant la durée de vie du produit. Pour les tablettes et PC, le profil par défaut est celui de Transatel, mais ce n’est pas une contrainte pour l’avenir.

  • La carte SIM Ubigi peut être insérée au montage, ou installée par la suite, par le concessionnaire automobile ou le revendeur d’électronique grand public. Il s’agit bien de la même carte SIM pour ce fabricant partout dans le monde, ce qui libère de toute contrainte de logistique ou de production.

Pourquoi une nouvelle marque ?

Jacques Bonifay : Transatel a 18 ans d’activité dans le domaine des services mobiles et son nom est aujourd’hui fortement associé à la téléphonie mobile, et aux services en BtoB. Les services d’Ubigi s’adressent aux utilisateurs finaux d’appareils connectés, mais non de téléphones. Ubigi se veut la référence de la connectivité cellulaire et d’une expérience utilisateur sans faille dans le domaine de l’Internet des Objets. Pour un nouvel écosystème (l’IoT), et pour une offre à la pointe de l’innovation, un nouveau nom semblait un prérequis.

À qui s'adresse-t-elle ?

Jacques Bonifay :  Sa mission est de servir d’interface de services cellulaires pour tous les fabricants de véhicules ou de tablettes et PC qui souhaitent offrir de la connectivité à leurs utilisateurs sans pour autant devenir opérateurs mobiles eux-mêmes, ou utiliser leur marque. Ubigi pourrait concerner les poids lourds : un fabricant pourrait faire la différence en proposant de l’information et des services liés au métier de conducteur de poids lourds : calcul du meilleur itinéraire, informations trafic, renseignements sur les chargements, passage des douanes et péages etc.

Avec quels matériels vos services sont-ils compatibles ?

Jacques Bonifay :  Pour le moment, Ubigi est proposé par défaut avec les matériels des partenaires qui ont choisi de mettre en avant Ubigi :

Plus généralement, Ubigi est compatible avec tout type de matériel (PC, tablette ou véhicule) qui accepte une carte SIM ou une eSIM.

Quels sont les besoins émergents en matière de connectivité automobile ?

Jacques Bonifay : Il y a deux types de services de voiture « connectée » :

  • Ceux qui, invisibles pour le conducteur et centrés sur le véhicule, sont de nature « télématique » ou machine-to-machine : informations envoyées au fabricant du véhicule pour la maintenance prédictive, les commandes de pièces anticipées, et l’amélioration des performance sur les futurs modèles de la gamme; informations envoyées aux assureurs sur les pratiques du conducteur dans le cadre d’un contrat d’assurance ; informations envoyées aux centres de contrôle du trafic sur les routes pour l’observation des ralentissements, la conduite accompagnée ou autonome etc… Transatel développe effectivement la connectivité pour la mise en place de ces services pour des constructeurs (FCA), mais ceci n’est pas le territoire d’Ubigi.

  • Ceux qui servent au conducteur et à ses passagers : l’info-divertissement, la géolocalisation, la signalisation du véhicule (pour le retrouver), le contrôle à distance du véhicule, … Ceci est le territoire d’Ubigi.

Comment se positionnent les constructeurs face à ces nouveaux besoins ?

Jacques Bonifay : Ils sont tous en train d’étudier l’intégration de la connectivité dans la chaîne de valeur de leur véhicule en anticipant une part grandissante pour celle-ci, car les services (et donc la consommation de données) prennent de plus en plus d’importance dans l’utilisation d’un appareil quel qu’il soit.

C’est la raison pour laquelle les constructeurs actuellement cherchent des solutions pour :

  • Bénéficier d’une connectivité mondiale grâce à une seule intégration (pour éviter les coûts liés aux multiples intégrations).

  • Garder un canal de communication sécurisé pour réaliser des SOTA (software updates over-the-air) de manière transaparente pour les clients.

  • Garder leur indépendance vis-à-vis des opérateurs de réseaux mobiles (notamment par l’eSIM).

  • Réduire le temps de déploiement et de go-to-market (d’où l’intérêt d’une solution technique, commerciale, et juridique complète prête à l’emploi).

  • Rester agiles et flexibles dans leur système de production et de déploiement.

Comment imaginez-vous le véhicule connecté du futur ?

Jacques Bonifay :  À l’avenir, nous ne choisirons plus un véhicule uniquement en fonction du design, du prix et de la marque, mais également des services associés. L’automobile suivra, selon nous, l’évolution qu’a connu le mobile, où le choix des utilisateurs se fonde largement sur l’univers des applications disponibles. Et tout comme avant les smartphones, il était difficile d’imaginer tout ce qu’un « mobile » pourrait nous rendre comme services, il est aujourd’hui difficile d’imaginer l’expérience de conduite de demain.

Pour tous ces services néanmoins, la connectivité sécurisée sera de mise, et Transatel se positionnera comme un acteur important de cette transition vers l’automobile de demain.

 

 

Les dossiers

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...