Menu principal
Mon espace
Focus Gammes
Interview | Sport Mécanique

Interview : Jennifer Janiec, pilote de camion pour le Janiec Racing Team

25/04/2022 13:53:13
ECI - Mise à jour : le 25/04/2022 13:53 - Par
Interview
Sport Mécanique

Jennifer Janiec est pilote de course de camions, championne de France 2019. Sur le circuit, son MAN rose ne passe pas inaperçu. Cheffe d’entreprise, mère de famille et bien sûr passionnée de sport mécanique, elle a accepté de répondre à nos questions et nous parle de sa passion, de ses valeurs et de son quotidien !

Interview : Jennifer Janiec, pilote de camion pour le Janiec Racing Team

Comment est née votre passion pour le sport mécanique ?

Mon père est lui-aussi passionné de sport mécanique : cascade, moto, voiture... Je l’ai suivi depuis toute petite, et dès 15 ans je suis entrée en école de pilotage. J’y recevais donc des cours de sport mécanique et je m’entraînais toutes les 2 semaines sur un circuit parisien. J’ai commencé la compétition en Monoplace Formule Renault à 17 ans. Puis j’ai eu l’occasion de piloter un camion lors d’un essai privé. Dès les premiers virages ça a été le coup de foudre !

Vous êtes aussi mère et cheffe d’entreprise. Comment faites-vous pour gérer votre temps ?

Pour moi c’est toujours la course, autant sur le circuit qu’au quotidien ! Mais je m’adapte du mieux possible. Lorsque j’ai repris la partie “Fer et métaux” de l’entreprise familiale il n’y avait que 3 employés. Aujourd’hui il y en a 12, c’est une belle équipe autonome et je sais que je peux me reposer sur elle chaque fois qu’il le faut. Je ne me sens plus obligée, par exemple, de repartir très tôt après une course pour être au travail dès le lendemain. Quand les courses s’enchaînent ou tombent au mauvais moment, c'est plus dur : j’ai dû rater deux fois la rentrée de mon fils. Pour “recharger les batteries” et passer plus du temps avec ma famille, je pars en vacances au moins une fois par an, en août, en décembre, ou les deux. J’ai besoin que ce soit une coupure complète (mis à part quelques appels téléphoniques passés pour mon entreprise). Ensuite je reviens plus forte !

Votre fils vous a-t-il déjà vue piloter ?

Oui bien sûr ! Il assiste à environ une course sur deux, en fonction des dates et des impératifs scolaires. Tout comme moi, mon fils aime la piste. Il a commencé le karting l’année dernière (2021) bien que ce sport en demande beaucoup physiquement, et cette année il s’est mis à la moto, qu’il aime encore plus.

Avez-vous d’autres passions en plus de la piste ?

J’aime beaucoup la musique et les concerts, mais je manque de temps. Je dois gérer deux équipes (mon Team de bénévoles et les employés de mon entreprise), soutenir mon fils et l’accompagner sur le terrain de cross, préparer mon camion... Pour vous donner une idée de ce que ça représente, avec le Team nous en sommes à 6 week-ends de travail d’affilée. Mes journées sont toutes bien remplies !

Pourquoi avoir choisi la couleur rose pour votre camion ?

Je voulais faire passer un message. La course de camions est une discipline très masculine. En 2010 j’étais la seule femme de ma catégorie. Puis il y en a eu une deuxième, puis une troisième... Mais les femmes restent rares sur le circuit. Avec mon camion rose j’envoie un clin d’œil aux femmes du transport, qui restent encore trop dans l’ombre et sont parfois stigmatisées. Les mentalités s’ouvrent de plus en plus, mais cela reste usant de se faire regarder comme si on n’avait pas sa place. Alors je défends qu’il ne faut jamais sous-estimer une femme. Nous sommes capables de tout.

Petite anecdote : j’ai une boutique de produits dérivés qui propose notamment des T-shirts. J’ai pensé que des hommes ne voudraient peut-être pas s’habiller en rose à cause de la connotation féminine de cette couleur, donc nous proposons aussi un modèle bleu... qui n’a absolument aucun succès : tout le monde veut le T-shirt rose !

Votre frère Anthony est aussi un champion de courses de camions. Vous vous encouragez mutuellement. Parlez-nous de lui...

J’ai racheté mon camion au Team d’Anthony (le Lion Truck Racing). Nos deux camions ont donc été conçus de la même manière. Mon frère me donne des conseils, il m’aiguille pour les réglages, il me montre les trajectoires idéales. Le circuit nous donne l’opportunité de nous réunir, nous qui habitons à 900 km l’un de l’autre. On profite de ces moments, même si le stress est toujours présent avant les courses.

Comment vous préparez-vous pour la saison qui doit débuter au Castellet les 23-24 avril ?

J’effectue des roulages karting depuis début février pour me préparer. Dans la mesure du possible, quand mon emploi du temps le permet, je me rends aussi en salle de sport. Chez moi j’ai aussi un tapis, un vélo électrique, un step... J’essaie d’avoir une activité sportive plus soutenue à l’approche des courses.

Nous devons aussi préparer le camion, et ses pièces de rechange qui permettront de réagir rapidement en cas de contretemps sur le circuit. L’an dernier nous n’avions pas de moteur de rechange, cette année nous en aurons un. Nous avons aussi repensé le design du camion. Il sera désormais rose fluo (en référence au camion jaune fluo de mon frère) avec une petite touche de violet métallique en plus !

 

Les dossiers

Commentaires