Réglementation

FIMO et FCO : se former à la conduite professionnelle

27/06/2018 09:25:43
ECI - Mise à jour : le 27/06/2018 09:25:43 - Par
Réglementation

Pour devenir chauffeur routier ou conducteur de car, il est impératif de suivre au préalable une formation nommée FIMO. De quoi s'agit-il précisément et qu'apporte-t-elle au futur chauffeur ? Faut-il la renouveler ? Est-elle obligatoire dans tous les cas ? Voici les questions auxquelles nous répondrons dans cet article.

FIMO et FCO : se former à la conduite professionnelle

Sommaire :

Qu'est-ce que la fimo ?

Le terme fimo est en réalité un acronyme signifiant Formation Initiale Minimum Obligatoire. Elle doit avoir été suivie par tout chauffeur poids lourd qui débute dans la profession. Il s'agit d'un sésame nécessaire pour tous ceux qui ont leur permis poids lourds et qui souhaitent accéder aux métiers de la route. Cette formation initiale nécessitera des réactualisations tout au long de la vie professionnelle du conducteur. On y aborde aussi bien les aspects réglementaires du métier que la prévention des risques ou la connaissance de ce domaine d'activité.

Il existe deux types de fimo. L'une, nommée fimo voyageurs, se destine à acquérir toutes les informations nécessaires au transport de personnes. La fimo marchandises concerne, comme son nom l'indique, le transport de marchandises. Elle comporte des parties théoriques et pratiques, et s'étale sur quatre semaines (durée totale 140 h). Comptez autour des 2 000 € pour bénéficier de cette formation. Il est possible de bénéficier d'une prise en charge partielle (voire complète) de la fimo par des organismes publics ou via Pôle Emploi. Sachez également qu'une fimo "passerelle" permet au titulaire de la formation fimo voyageurs de passer la fimo marchandises en une semaine seulement (35 heures) pour un coût lui aussi réduit (environ 700 euros).

Tous les établissements ne sont pas habilités pour dispenser l'enseignement de cette formation. Ainsi, seuls les centres bénéficiant de l'agrément des ministères de tutelle (notamment celui en charge des transports) pourront accueillir des sessions pour ce type de formation. La fimo est ainsi reconnue par les différentes organisations professionnelles.

Enfin, la fimo ne concerne pas le transport de matières dangereuses. La formation nécessaire à ce transport bien spécifique se nomme l'ADR qui signifie Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route. Elle vise à informer et à prévenir des risques spécifiques liés à cette activité.

Quand passer la fimo ?

Il faut se présenter à cette formation une fois acquis le permis poids lourds (PTAC > 3,5 tonnes). Consultez pour cela les dates de début des différentes sessions organisées sur l'année par le centre de formation de votre choix.

La formation se conclut par un questionnaire à choix multiples de soixante questions. Ceux qui obtiendront au moins trente-six réponses correctes à ce test se verront remettre par le centre de formation une carte de qualification de conducteur. De nombreux sites mettent en ligne les questionnaires des précédentes années. N'hésitez surtout pas à les consulter afin de mesurer le niveau d'exigence requis.

Quand renouveler sa fimo ?

La fimo étant une formation initiale, il est nécessaire d'effectuer régulièrement une réactualisation des connaissances. En effet, la réglementation et les bonnes pratiques évoluent constamment dans ces professions et il est important d'en être informé. Cette réactualisation, nommée FCO (Formation Continue Obligatoire), doit être faite tous les cinq ans et dans un des centres de formation bénéficiant de l'agrément du Préfet de Région. Le FCO dure une semaine (soit 35 heures) et coûte environ 800 €. Dans la très grande majorité des cas, ces frais sont pris en charge par l'employeur du conducteur.

La fimo est-elle obligatoire ?

Si la fimo est nécessaire à tout conducteur de véhicule dont le PTAC excède 3,5 tonnes, il existe quelques exceptions à ce principe. Ainsi sont exonérés de fimo les conducteurs de véhicule :

  • dont la vitesse maximale ne dépasse pas les 45 km/h.
  • placé sous la responsabilité des forces de l'État (pompiers, gendarmerie, police, armée ou protection civile).
  • servant pour des missions de sauvetage et d'assistance.
  • en cours de test sur des routes ouvertes à la circulation quelle que soit la raison du test (réparation, entretien, amélioration ou essai avant remise en circulation)
  • utilisé dans le cadre de la formation au permis de conduire.
  • transportant des biens ou des personnes pour des raisons non commerciales, uniquement dans un but privé.
  • transportant de l'équipement nécessaire à l'activité principale du conducteur (évidemment, celle-ci ne devra pas être la conduite de véhicule).

En dehors des exceptions citées ci-dessus, la conduite d'un véhicule sans la fimo expose le contrevenant à de très lourdes sanctions financières et administratives. De plus, en cas d'accident, l'assureur ne prendra pas en charge les conséquences du sinistre.

Enfin, la fimo n'est pas obligatoire pour les personnes possédant un diplôme qualifiant pour exercer les métiers de la route. Ainsi, les titulaires des diplômes suivants sont exemptés de cette formation (car intégrée directement à leurs cursus) :

  • Titres professionnels de conducteur du transport routier de marchandises sur tous véhicules (CTRMV) ou de conducteur du transport routier de marchandises sur porteur (CTRMP).
  • CAP de conducteur routier marchandises
  • BEP conduite et services dans le transport routier

 

Annonces correspondantes

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...