Divers Transport

Chauffeur routier : un métier aux multiples facettes

26/11/2018 16:13:13
ECI - Mise à jour : le 26/11/2018 16:13:13 - Par
Divers Transport

Le métier de chauffeur routier ne se limite pas à la seule conduite de poids lourds. Les chauffeurs routiers se voient en effet confier de nombreuses responsabilités, notamment en raison d’un cadre législatif toujours plus exigeant qui rend la profession plus complexe qu’elle n’y parait de prime abord. Quels sont les impératifs du métier ? En quoi consiste-t-il ? Comment y accéder ? Le point dans cet article.

Chauffeur routier : un métier aux multiples facettes

Sommaire :

Les missions et responsabilités du chauffeur routier

La mission globale du chauffeur routier est de livrer de la marchandise chez un client (entreprise ou particulier) dans les délais impartis. Pour cela, il doit effectuer des trajets qui peuvent être de natures différentes. En effet, ils peuvent s'effectuer dans le périmètre régional, national ou encore international. Le chauffeur routier est responsable de la marchandise qu'il transporte du chargement dans son véhicule jusqu'au déchargement chez le client. Il supervise ces deux opérations et peut même y participer. Durant le trajet, il doit veiller également à ne pas endommager la marchandise. Il a aussi la charge de veiller au bon état de fonctionnement de son véhicule. Il en effectue donc l'entretien régulier comme la vérification des niveaux ou des pneumatiques. Il en assure aussi bien souvent le nettoyage intérieur comme extérieur.

Le chauffeur routier communique avec ses responsables et gère les relations avec les clients chez qui il représente l'entreprise qui l'emploie. Le métier comporte également une partie administrative assez importante. En effet, divers documents tels bordereaux de livraison ou factures accompagnent la marchandise à livrer. Pour certains transports internationaux, des documents douaniers sont également à remplir.

Un temps de travail réglementé et spécifique

En France, une législation stricte régit le travail du conducteur routier. Le temps de travail est appelé temps de service. Celui-ci ne peut être supérieur à douze heures par jour. Il est également limité sur une semaine (de 48 à 56 heures selon les cas). Le temps de service comprend le temps de conduite et le temps de repos.

Le temps de conduite correspond aux moments passés par le chauffeur au volant de son véhicule. La durée maximale du temps de conduite sur une journée est fixée à neuf heures. Il est possible de faire une heure supplémentaire au maximum deux fois par semaine. Cela porte donc le maximum autorisé sur une semaine à 56 heures. Toutefois, une limite de 90 heures est définie pour deux semaines consécutives.

Un temps de repos de 45 minutes est imposé après 4h30 de temps de conduite. Celui-ci peut être fractionné en deux avec une pause minimale d'au moins 30 minutes. Une pause obligatoire d'au moins une demi-heure doit être prise après six heures de temps de service et une autre de 45 minutes après neuf heures de travail. Ces dernières sont divisibles en plusieurs pauses de 15 minutes.

Tous les temps évoqués sont enregistrés par un appareil électronique situé dans le véhicule (le chronotachygraphe). Celui-ci mesure également la vitesse du véhicule. Les forces de l'ordre ont le pouvoir de contrôler le respect des temps de travail du chauffeur ainsi que son bon respect du code de la route. En cas d'infraction, le montant des amendes est souvent très élevé. Parfois, le permis de conduire du chauffeur peut être suspendu et le véhicule immobilisé.

Les compétences et qualités d’un chauffeur routier

Le chauffeur routier se doit de posséder de solides capacités de concentration afin d'anticiper tous les dangers potentiels de la route. Il est possible que son travail s’effectue de nuit, le dimanche, les jours fériés ou sous des conditions climatiques délicates. C’est pourquoi, pour rester attentif, il lui faut également être résistant face à la fatigue. Il va sans dire également que sa vision doit être parfaite. Le rythme de ce métier est souvent soutenu et pour y répondre, il est préférable d'avoir une bonne condition physique (notamment pour les opérations de chargement et de déchargement de la marchandise) ainsi que les nerfs solides.

Les conducteurs routiers sont également dotés d’un bon relationnel, avec les autres usagers de la route, mais aussi avec les clients qu’ils rencontrent lors des opérations de livraison et de chargement. Comme ils représentent leur entreprise, il est important qu’ils restent courtois en toutes situations. Il est souvent aussi apprécié qu’un conducteur ait des aptitudes commerciales pour la prise de rendez-vous ou la prise en charge des modifications de dernières minutes.

Déjà évoquées un peu plus haut, des compétences en mécanique peuvent s'avérer précieuses pour prendre soin du poids lourd. Des notions de secourisme sont aussi recommandées. Enfin, si vous souhaitez faire des trajets internationaux, la maîtrise d'une langue étrangère représente un indéniable atout.

Comment devenir chauffeur routier ?

Pour devenir chauffeur routier, l'obtention du permis C (poids lourds) est indispensable. Il faut bien sûr avoir également plus de 18 ans. Mais ce n'est pas tout. En effet, elle doit s'accompagner d'une formation appelée FIMO (Formation initiale minimale obligatoire). Celle-ci est agrée par le Préfet de Région et dure quatre semaines (156 heures). Elle vise à enseigner le respect des diverses réglementations et des règles de sécurité tout en effectuant un travail de qualité.

Des formations professionnelles intègrent le passage du permis de conduire ainsi que la FIMO. Elles sont gérées par le ministère en charge de l'Emploi et de la Formation. Parmi les plus courantes figurent :

  • Le titre professionnel de chauffeur livreur sur véhicule utilitaire léger.
  • Le titre professionnel CTRMV : conducteur du transport routier de marchandises sur tous véhicules.
  • Le titre professionnel CTRMP : conducteur du transport routier de marchandises sur porteur.

Des diplômes scolaires donnent également accès à ce métier. Quelques exemples :

  • CAP conducteur livreur de marchandises
  • Bac pro conducteur transport routier marchandises.
  • Bac pro logistique.

Le métier est très prisé par les entreprises, à tel point que l'initiative Tremplin a été lancée en 2017 par la FNTR dans le but de faciliter le recrutement.

Les dossiers

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...